Dernières opérations

Coronavirus et chirurgie esthétique

26 mars 2020


Arrêt des consultations et opérations non urgentes

Pas simple d’exercer la médecine en ces temps de coronavirus!
Il a fallu beaucoup de courage aux patients pour accepter le report des opérations non urgentes, et comprendre que la transmission du virus crée un nouvel état d’esprit: la rébellion face au confinement, mais aussi la nécessité de son acceptation passive;
Les chirurgiens sont habitués à porter un masque, à se laver les mains, à définir autour d’eux un espace stérile, ou qu’ils pensent être stérile; les infirmières de salle d’opération les surveillent et guettent les erreurs comportementales, obligeant dans ce cas à changer de casaque, de gants ou de masques; pour les patients, effrayés et en panne de gel antiseptique et de masques protecteurs, ces règles comportementales sont incohérentes et difficilement transmissibles!

Microbes et virus profitent de notre promiscuité
mon patron Raymond Vilain, passionné par l’écologie microbienne, avait découvert que les chirurgiens pouvaient inoculer les patients avec des streptocoques dangereux qu’ils portaient dans la gorge et dans le nez; Il nous avait imposé à l’époque de SOS mains de se dire bonjour en se touchant les coudes; j’ai parfois utilisé ce salut incompris par mes collègues, en leur expliquant le matin où ils venaient opérer, que nul ne pouvait prédire l’état de propreté de leurs paumes, quels germes affreux ou bénins ,issus de leurs intimes localisations, se promenaient, insoupçonnables et dangereux.
Mais voici qu’en ce moment, tout le monde comprend la nécessité d’éviter la bise de serrage de main et les roucoulades trop proches.
Vladimir Poutine visite les hôpitaux en scaphandre anti intrusion, E. Macron porte enfin un masque dans l’hôpital de campagne de Mulhouse…

Espoirs thérapeutiques ou immunité espérée?
Le plaquenil associé à l’azithromycine sont issu de l’intuition et des connaissances solide du Pr Raoult, mais sans doute utiles en début de phase de la virose, peut être même pas.
Nous sommes bien seuls face à ce COVID 19! Ceux qui ont des défenses immunitaires puissantes vont survivre et surmonter les attaques sans trop de dégâts; les autres, à l’immunité chancelante, vont surinfecter les poumons devenus fibrosés, d’où l’intérêt de l’antibiotique associé, à spectre large;

Comment s’organiser en pratique?
Le confinement doit être respecté au sens qu’il ne faut pas croiser des individus infectés, ou infecter les autres, si on porte le virus; même si les tests révèlent notre statut porteur plus ou moins,, il faut accepter que d’ici début mai, aucune intervention non urgente n’est envisageable; nous devons assurer les soins post opératoires, traiter les urgences avec toutes les précautions requises; la clinique ou je travaille est réquisitionnée pour traiter aussi les cas covid +, graves;

Le mieux est de téléphoner les vendredi après midi au cabinet pour prévoir les rdv début MAI, ou échanger sur rdv par une vidéo-consultation whatsapp, en envoyant un message au 0685818742, ou encore via la consultation doctolib, qui est payante

En attendant, gel plusieurs fois par jour, lavage des mains, masques, et distance de sécurité sont indispensables; je consulte masqué et en gants pour les cas urgents que je dois examiner à mon cabinet, et vous demande de venir masqués et muni de votre propre gel pour éviter toute contamination impromptue.

Publié dans News